MEURS MON ANGE – Pitz

Clarence commence à être une plume qui compte dans le thriller bien au-delà de sa Belgique. Avec Meurs mon Ange, elle nous balade d’Amsterdam au Sulawesi en passant par Jakarta.  Pas besoin de passeport pour plonger dans ce roman. Toutefois, s’il fait preuve d’une grande fluidité, la tension lourde, parfois étouffante, les descriptions sordides accrochent le lecteur à son fauteuil. Preuves que ce troisième roman est le signe de la maturité.

Dès les premières pages on retrouve son besoin de nous placer dans des lieux inconnus, hors normes. Un bourbier où ses personnages, bien construits, sont malmenés à souhait.

Après le pays dogon de La Parole du Chacal, elle nous immerge dans un thriller machiavélique parsemé de cadavres sans tête en Indonésie.

Sans repère, nous sommes à la merci de l’auteure.

Fort heureusement, Karel Jacobs son inspecteur bruxellois découvert à travers Ineffaçables nous escorte et cette fois il est accompagné d’Anja. Une jeune femme en perte de repères à la recherche des siens.

Meurs mon Ange tient toutes ses promesses. Glaçant malgré la chaleur, dérangeant par moments, c’est un inhabituel pageturner.

Note pour moi-même, penser à ne pas partir en vacances avec Clarence Pitz

Édition IFS Phénix noir

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. 🤣 j’adore ta conclusion 😄

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s