L’EVANGILE DES TENEBRES – Bizien

Un pays confidentiel et verrouillé, un tueur énigmatique et sanguinaire, un journaliste capturé, une enquête qui tourne à la chasse à l’homme, à la survie pour des hommes que tout oppose.

Michaël Wong est un jeune journaliste qui se retrouve piégé dans un pays lointain et secret, un pays que l’on trouve peu dans les romans. La Corée du Nord. Un pays affamé, soumis à la politique totalitaire d’un Cher Leader, Kim Jung Il. La propagande de la dictature communiste n’a d’égale que la soumission et le pouvoir des militaires. Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, décide de plonger dans ce monde de folie pour aller secourir Wong. Dans Pyongyang, il est orienté vers Suzan, une jolie correspondante d’une O.N.G. canadienne pour le faire passer au Nord.

En parallèle, un ignoble psychopathe se plait à laisser dans le sillage de son poignard sanglant, de nombreux cadavres effroyablement mutilés. Le pouvoir nord-coréen met tout en œuvre pour cacher ces crimes. Il revient au lieutenant Paik Dong-Soo, brillant militaire de mettre fin à l’hécatombe et de capturer ce chasseur dans le plus grand secret.

Jean-Luc Bizien ouvre sa trilogie à travers 4 personnages principaux qui prennent le devant de la scène successivement. Il jongle avec eux dans des lieux inconnus où une grande dose de paranoïa se mélange au soupçon, à la suspicion. Pour le lecteur, l’enquête de Dong-Soo se mêle à la recherche de Wong. La méfiance des uns est à la hauteur de l’hallucination des autres.

Ce thriller est dépaysant. Vraiment dépaysant. Bizien sait porter une ambiance lourde sur le papier.

L’environnement est pesant comme les traducteurs / chiens de garde des occidentaux, sinistre comme ce chasseur prêt à tout pour assouvir sa vengeance, effroyable comme les scènes de tortures physique et psychique qui parsèment les pages. Ames sensibles s’abstenir.

Les chapitres sont courts et s’enchainent avec une véritable efficacité. Le lecteur n’a que peu de répit. Entre action et frisson, nous suivons leurs parcours abominables et obscurs, où Seth, insupportable prétentieux américain, va devoir réviser sa vision des hommes, où Wong va devoir survivre à l’insupportable et où Paik Dong-Soo va devoir au prix de son engagement, tout mettre en œuvre pour mettre fin à la cruauté du chasseur, où le lecteur va devoir supporter les atrocités du chasseur pour découvrir ce qui se cache derrière cette vengeance.

C’est un thriller hors norme, hors habitude. Une réussite pour ce qui est du tableau nord-coréen avec toutefois, un léger goût d’inachevé quant au final. Fait est qu’il a encore 2 tomes à suivre.

2 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s