RECIDIVE – Delzongle

le

3ème opus où je retrouve Hanah Baxter, new yorkaise d’adoption,profileuse. Mais cette fois, Sonja Delzongle explore chaque parcelle de son personnage et pousse son héroïne dans ses derniers retranchements.

Récidive, nous promène le long du temps et du globe. De 1905 à 2014. De New York, à Saint Malo, du Mont-Saint à la dangereuse Cézembre. Delzongle nous trimbale dans son livre vers une quête de vérité avec peu de personnages. Mais tous sont travaillés jusqu’à l’os. Car cet opus voit la confrontation d’Hanah et de son père, Erwan Kardec.

Hanah Baxter est plus angoissée et rudoyée que jamais, même Karen semble avoir du mal à la tirer de là. La profileuse pour le FBI est devenue victime. Agression, coups de téléphones anonymes, le cauchemar débute quand elle apprend la libération de son père. De l’autre côté de l’océan, Kardec, un monstre obsédé par son haineux besoin de vengeance sur celle qui est à l’origine de ses 25 ans de prison, se complet dans la mort. Il la sait proche. Il égrène des cadavres sur la côte d’Emeraude au gré de ses pulsions. Sa fille est en quête de vérité, lui réclame un châtiment. Et au milieu un gendarme retraité et son fils. Tous les deux sont persuadés de la culpabilité de Kardec et ils doivent élucider des meurtres aussi pesants que leurs intimes secrets sont lourds à porter. Le dernier personnage reste Saint-Malo, son port, sa côte d’Emeraude, sa coloration hivernale. Et la mer. Dessus, dessous… Bref, un paysage de rêve fleurant bon la marée et les huitres fraiches, et tout aurait été emballé.

Voilà, cela aurait pu être suffisant.

Mais Sonja est une écrivain studieuse et perfectionniste. Elle monte d’un cran à chaque roman. Ici, elle signe un thriller psychologique. La construction est précise pour ne pas dire méticuleuse de manière à ce qu’elle puisse aborder des sujets lourds, les relations familiales à travers le prisme des relations père-enfant quand la paternité devient étouffante, rigide ou rejetée, l’homosexualité, l’hypnose. Et si elle alterne le présent d’Hanah et le passé récent de Kardec, c’est pour mieux dévoiler une partie de l’histoire d’Hanah, allant jusqu’à nous plonger au cœur du naufrage du Hilda en 1905.

Sonja joue sur les tensions et l’angoisse. Les personnages de Sonja conservent l’espoir de dévoiler leur humanité. Nous le regardons se dépêtrer de leurs vies au prix de contradictions mortelles qui nous lient jusqu’au final.

Après Dust et Quand La Neige Danse, je me suis délecté.

Editions de l’épée

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s