COMMENT JE SUIS DEVENU SUPER HEROS – Bronner

le

L’idée de faire passer pour dépressif, un super héros quinqua au bout du rouleau était séduisante. On a les héros que l’on mérite et que l’on se forge.

Le pitch, Titan est un super-héros neurasthénique depuis le départ de sa femme. Il rend service à un collègue retiré du business pour cause de Parkinson, tandis qu’un nouveau méchant décime les super gentils de New-York.

Les tiraillements de Titan, la présence incessante de la télé « réalité » ou « informationnelle », la vision centrée US des super-héros et leurs positions dans notre société, tout cela était intéressant. Mais je me suis ennuyé. Voilà, ça ne s’explique pas. C’est rare que je le dise. La ville est absente, on sourit à la décrépitude de ces super. J’ai eu le sentiment de tourner en rond dans un humour qui n’est pas le mien et de subir un errement entre moi et surmoi. Comme quoi, ça arrive.

On est loin du noir au bout du compte.

Ps bravo à l’éditeur pour la couverture qui montre une tour Eiffel.. sans doute dû à l’adaptation cinématographique…

Editions Le livre de Poche

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Dommage, l’idée de base avait tout pour plaire !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s