LEUR AME AU DIABLE – Ledun

Une fresque sur deux décennies sur l’industrie du tabac. Le tabac et ses additifs. Le sucre, le menthol, le miel, le cacao, les hydrocarbures, le benzène, l’oxyde d’azote, l’acide cyanhydrique, l’ammoniac, le mercure ajoutons à cela des métaux, dont le plomb, le mercure et le chrome et saupoudrons le tout d’engrais ou de pesticides. Et n’oublions pas la nicotine qui rend le fumeur addict. La clope, un marché mondial, sans foi où les lois sont contournées, où les sommes en jeu sont hallucinantes. Une seule règle, il n’y en a aucune.

Marin Ledun dessine une fiction trop riche pour être innocente.

Leur âme au diable démarre sur une enquête sur un braquage sanglant d’un convoi d’ammoniac. Mais à suivre la route de l’ammoniac, celle du tabac et de la nicotine, le lecteur que je suis remonte à l’essence même du marketing et de sa capacité de manipulation, aux faiblesses des hommes face au pouvoir et à l’argent.

A travers ses personnages, peu nombreux, mais diablement riches, car évoluant sur quasiment 20 ans, David Bartels, énarque sans scrupule et l’inspecteur Nora de la Brigade financière de Nanterre, il démonte tout le système mis en place par les lobbys. Quelques soient les lois, la machine à cash des cigarettiers ne doit pas cesser de tourner même si pour cela il faut avoir recours à des hommes de main comme Anton Muller ou à des femmes charmantes comme Valentina et Helene. Mantra unique ne pas hésiter à détourner les lois, corrompre les élus et manipuler tous ceux qui peuvent l’être.

Alors des circuits automobiles, aux usines du Montenegro, des couloirs de l’Assemblée nationale aux environs de Harfleur, des bureaux de tabac de quartier au Parlement européen, ce très documenté opus déballe le système mis en place par European G. Tobacco. J’imagine que la vérité n’est pas si loin. Changeons les noms et soyons surpris !

Dans une démocratie partie en fumée, il demeure un scandale sanitaire (il n’y a pas pire qu’un fumeur repenti pour être furieux) bâti sur des mensonges et des milliards. Leur âme au diable, met à jour les arcanes du lobbying et les méthodes de manipulation mis en place par ces industriels sans scrupule et leurs boites de consultant en market’ et comm’. Tout le monde touche et le système doit continuer quelles que soient les conséquences.

C’est un roman passionnant d’un écrivain passionné. Si je n’avais pas arrêté la cigarette, à mon avis, je l’aurais écrasé à la fin de ce bouquin !

Editions Série Noire Gallimard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s