ILS SE MARIERENT ET IL Y EU BEAUCOUP DE SANG – Valenheler

Nouvelle lecture dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019, pour la Catégorie Littérature Noire. Une rude lecture. Je m’explique.

Tout commence avec Maël Néraudeau et Yohann Folembray, lieutenants à la Section criminelle du SDPJ 94. Trentenaires, ces deux-là ont une particularité, ils vivent aussi ensemble. De l’autre côté une série de crimes visant des couples gays avec un triangle rose déposé entre les cadavres. Honnêtement, la promesse de l’intrigue était là. Lors de la soumission, ce roman m’avait intrigué. Sa thématique, l’homophobie semblait diablement intéressante.

Mais il est des lectures qui ne se passent pas comme prévues.

Avec à priori un besoin de se confronter à la réalité en mélangeant vie de couple et vie de flic, en tentant d’afficher ses héros au plus près de la vraie vie, Laurine Valenheler crée un déséquilibre. Au risque de passer pour un réac, si l’homophobie est bien au centre de ce roman, j’ai eu le sentiment de m’être trompé de catégorie.

Je n’avais pas un thriller sous les yeux, mais plutôt une romance douloureuse.

Si côté écriture, il y a une promesse de la part de Laurine – c’est agréable à lire, il y a du rythme – j’ai été épuisé par les errements sentimentaux de Maël et Yohann et quelque peu atterré par certains poncifs – les flics sont en majorité des homophobes, tous se vautrent dans la violence, bref un brin caricatural…

Mais surtout, surtout le côté polar se fait désirer, attendre… Un roman sur la vie de couple, ses difficultés et ses petits plaisirs, ce n’est pas pour moi. Pourtant, il y a un travail, sur les personnages, une volonté évidente de les rendre crédibles, attachants.

J’entends que l’exercice mené par Laurine fut difficile.

Romance ou polar.

A mon sens, il fallait faire un choix et verser dans une catégorie de manière franche et saupoudrant l’histoire avec un peu de l’autre genre. Vue la catégorie, je m’attendais à un polar avec une once de romance pour assoir l’histoire, lui donner une ampleur. J’ai lu l’inverse. Il aurait fallu trancher dans le vif et faire maigrir quelques passages.

Car là… Pas ma tasse de thé. Moralité, un ouvrage lu aux forceps. Dommage.

En revanche, je reste persuadé qu’il me faudra suivre Laurine Valenheler.

https://www.facebook.com/prixdesauteursinconnus/

https://www.instagram.com/prixdesauteursinconnus

ainsi que le site internet : https://www.prixdesauteursinconnus.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s