Il était deux fois – THILLIEZ

Dire que Franck Thilliez a du talent revient a enfoncer des portes ouvertes. Rien de neuf. C’est comme clamer qu’une pâtisserie est délicieuse. Être  dithyrambique, faire à nouveau l’éloge du garçon ou dévoiler l’intrigue ne rime à rien. Cela a déjà été fait et le sera à nouveau très bientôt.

Alors pourquoi une nouvelle chronique. Parce qu’encore une fois, Franck Thilliez a su me surprendre jusqu’à la fin de son roman. Je suis tombé avec plaisir dans son piège et me suis gavé. J’ai avalé ce livre avec une réelle addiction.

Pour ce qui est de Il était deux fois, exit Sharko. On part sur un One shot. Le thème n’a rien de nouveau. La disparition d’un enfant. Mais il faut être pétri de talent pour savoir se réinventer tant sur le fond que sur la forme. La disparition d’un enfant. Le flic déchu. Les paysages mortifères. La perversité humaine. Tout cela a déjà été maintes fois mis en abime.

Pourtant, quelle surprise ! Quel rythme !  C’est avec sa maitrise du genre, sa plume et son travail préalable de fou furieux, que Franck Thilliez renouvelle le genre et ligote son lecteur autour de Gabriel Moscato.

Ex lieutenant de gendarmerie, Gabriel a tout perdu. Sa fille, disparue en 2008 à l’âge de 17 ans. Sa femme, Corinne avec qui il a divorcé. Et la mémoire 12 ans plus tard quand il se réveille dans une chambre d’hôtel au fond de la vallée de Sagas. Sagas, personne n’y vient. Cette commune aspire sa population et ses habitant sla rejette. L’absence de soleil à travers un phénomène appelé “mort noire”, tend au augmenter les suicides. Voilà pour le lieu. Ça n’est pas propice au plaisir. C’est même purement anxiogène.

Moscato est un des personnages. Comme les autres, profond et torturé, il est prêt à tout pour aller au bout de sa quête. Quand il revient sur Sagas, il a tout oublié. Il doit réapprendre pourquoi son ami et ancien collègue, Paul, le repousse. Il doit également reprendre l’enquête que la disparition de Julie.

L’auteur prend un malin plaisir à poser une intrigue minutieuse. Il trimballe son lecteur et tandis que ce dernier s’attache aux personnages, il l’amène où il le souhaite.

Dès les premières pages, un mécanisme violent se met en place. Il fige le lecteur et le contraint à aller au bout. Thilliez est violement intelligent. Il parsème ce thriller de rebondissements ahurissants. Rien n’est jamais simple, ni gratuit chez lui. Lorsque l’on pense être sauvé, une autre faille s’ouvre sous vos yeux. Et on accompagne Gabriel dans sa chute. Il était deux fois, parle d’amour, d’amitié et de perversité.

Il était deux fois est sans conteste une réussite et maintient Thilliez sur son piédestal. Le lecteur reste plongé jusqu’aux dernières pages dans cette atmosphère particulière où la tension se renforce sans arrêt.  C’est glacial à souhait. On en redemande. Une nouvelle fois, c’est presque trop court. Pourtant, reprendre sa respiration est un plaisir.

A n’en pas douter, Franck Thilliez se maintient sur une des premières marches du podium des auteurs de thrillers toutes langues confondues. Et c’est pour mon plus grand divertissement.

A noter que 2 ans après, je me dis que je devrais réécrire ma chronique sur Manuscrit Inachevé, Je ne le ferais pas pour ne rien spoiler. Mais je me dois de présenter des excuses à Franck. Définitivement, l’écrivain tisse sa toile et je me jette dedans.

Editions Fleuve noir

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’ai crié au génie 10.000 fois dans ma lecture 😏 Il est juste incroyable !

    J'aime

Répondre à Nath - Mes Lectures du Dimanche Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s