SIEGE 7A – Fitzek

le

Lire Sebastian Fitzek, c’est entrer dans un thriller psychologique. Une fois encore, il ne déroge pas à la règle. Une fois les premiers chapitres avalés, le décor est posé. On sent que cela va être désagréable pour les protagonistes. Et si voyage il y a, ce ne sera pas une promenade de santé.

PNC aux portes, armement des tobogans. J’ai serré ma ceinture. Siège 7A, statistiquement le plus dangereux. Perso, j’y vois plutôt le côté hublot et l’opportunité d’une descente rapide.

La 4 de couv’ : Mats Krueger est psychiatre. Il est aérophobique et veuf. Le garçon a peur de s’envoyer en l’air. Pourtant il prend un vol transatlantique pour rejoindre sa fille Nele sur le point d’accoucher. Elle, cumule. Sida, future mère célibataire, ayant vécue une séparation douloureuse. Seulement quand, Nele est enlevée, le ravisseur ordonne à Mats de crasher l’avion s’il veut la sauver. Et pour se faire, il doit manipuler une hôtesse de l’air, une ancienne patiente.

L’idée est bonne. La peur en avion est incontrôlable. C’est un lieu de huis-clos idéal. Pourtant, c’est sans aucun doute, le moyen de transport le plus sûr. Sauf si l’on monte avec Fitzek. Quant à la peur sur terre…

C’est par moment assez capilotracté, avec quelques longueurs à mon gout. Pourtant, pas d’ennui car les switchs sont bien présents.  Nele a son calvaire, Mats, a le sien.

La tension dramatique est à la hauteur, comme la détresse et le stress des personnages. Une fois encore, Fitzek va au bout de son horreur et démonte les ressorts mis en place par ce psychiatre mais aussi par celui qui détient sa fille. En cela, le scénario est bon et l’écrivain maitrise. Comme avec Le Colis, Fitzek manipule avec délectation son lecteur.

chronique de Le Colis : https://nigrafolia.fr/2019/03/07/le-colis-fitzek/

Toutefois, il me parait écrire dans sa zone de confort. Depuis maintenant quelques romans, je sais à priori à quoi m’attendre. Je sais, je commence à avoir la dent dure. Mais où est passée la surprise ? C’est en partie dommage car c’est un bon auteur. Mais j’ai tout de même passé un bon vol.

Editions L’archipel

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. brindille33 dit :

    Exactement, il reste dans un schéma traditionnel pour lui. J’ai adoré ces deux premiers livres. Attendons le suivant. 😀

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s