LES LIMBES – Bal

Et voilà, un retour tardif vers le premier tome après m’être délecté du second.

J’étais passé à côté des Limbes. C’est maintenant corrigé. Les Limbes, ce lieu qui intéresse tant les scientifiques et la CIA. Quel plaisir de retrouver James Hawkins non pas en tant que personnage secondaire mais bien dans le rôle principal.

Avec ce roman, je retourne aux sources du Maitre des Limbes. Alors oui, les 2 tomes peuvent se lire séparément. Mais je dois avouer que les prendre dans l’ordre aurait dû me paraitre logique. Olivier Bal sait créer 2 histoires distinctes qui s’entremêlent. C’est riche, foisonnant et  cela se lit comme d’excellents thrillers.  Mais revenons aux Limbes.

1970, guerre du Viêt-Nam. James prend une balle dans la tête lors d’un massacre sur les lignes ennemies. Il se perd dans un mois de coma, période durant laquelle, il vit sa 1ère expérience au-delà de ses rêves. Un an plus tard, il est convié sans pouvoir refuser à prendre part au projet Limbes – projet top secret dirigé par le Pr Friedrich Kleiner. Il rejoint  les jumeaux Thomas et Ethan, Caleb l’aborigène et quelques autres cobayes déclarés eux aussi volontaires dans le fin fond de l’Alaska au cœur de la Station K27 en. Lui, l’explorateur de ce monde mystérieux va vivre une expérience unique, un voyage dans un monde onirique qui n’a rien de somptueux.  Le lien entre ces deux univers est puissant et dangereux. Il faudra aux individus faire preuve de toute la force, de  toute l’amitié dont ils sont capables pour aller au bout. La fraternité n’est plus un vain mot. James et les autres doivent combattre pour vivre.

Le thriller n’est jamais aussi passionnant que lorsqu’il vient chambouler notre quotidien, apporter une réflexion, un effroi, une ambiance particulière. Les Limbes, est donc un thriller à tendance fantastique. Un thème majeur, la capacité de l’Homme à rêver bousculé par des prospections scientifiques et quelques autres comme le don de soi, l’amitié et la foi.

L’histoire est bâtie sur un certain nombre de recherches menées par l’auteur – je digresse mais le Chant des Rêves aborigènes de Bruce Chatwin est à lire. Cela confère à ce roman un univers complexe et solide. La  construction est assez cinématographique et si l’écriture peut sembler divertissante sa structure est extrêmement carrée. On se croirait dans un Christopher Nolan qui aurait avalé un morceau d’Alien ou de Resident Evil. C’est noir,  angoissant !

Olivier Bal sait rendre son roman oppressant à souhait. Il contrôle avec habilité ses personnages et leurs évolutions. Il maitrise du rythme de sa narration et ne se laisse pas emporter par le côté fantastique. Au fil des pages, le côté inquiétant prend le pas sur tout le reste. Et la belle accélération vers la fin empêche au lecteur de sombrer – ne pas dormir –

Pour finir, Les Limbes, se révèlent comme un méchant thriller qui pose les fondations de l’excellente suite, Le Maitre des Limbes.

Editions De Saxus

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Ce qui achève de me convaincre 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s