ILS ETAIENT CINQ – Destombes

Après les Jumeaux de Piolenc, je continue ma découverte des ouvrages de Sandrine Destombes.

Tout commence par une vidéo adressée au Capitaine de gendarmerie Antoine Brémont. Un flic dont la froideur n’a d’égale que sa rigidité. Par ses yeux, nous découvrons un homme torturé, et un message. C’est le début. Messages et victimes se succèdent. Crimes sectaires, vengeance, Brémont et ses adjoints Nguyen et Rocca, doivent attendre les victimes suivantes pour progresser.

Sandrine place ses cartes et s’éloigne des images insoutenables. Elle tisse son intrigue en y ajoutant le personnage de Sophie qui rappelle à Bremont sa première épouse et lui suscite des émotions qui le troublent.

En tant que lecteur, tu cherches. Et puis si tu trouves, ce n’est pas franchement grave. Car la narration est belle, le rythme de Ils étaient cinq est rapide. Aucun temps mort. On se glisse dans la tête d’Antoine Brémont. Comme à chaque fois, Sandrine nous éloigne de la capitale. Cette fois, elle nous conduit jusqu’en Suisse. Petit à petit, au rythme des personnages, Sandrine augmente la pression. Elle montre dans ce thriller qu’elle maitrise à merveille l’art du suspense. Comme Antoine, on tente de comprendre la motivation des bourreaux. C’est intelligent et Ils étaient cinq s’est révélé une belle surprise.

Editions Presse Pocket

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s