LE SOMNAMBULE – Fitzek

Je conçois que l’on puisse être impatient de connaître le dénouement de ce roman.

La vie de Leo Nader, un jeune homme souffrant de somnambulisme soigné dans le passé par le docteur Volwarth, un psychiatre de renom, voit son épouse fuir alors qu’elle vient d’être victime d’une agression. Leo sait qu’il a eu des excès de violence dans le passé. Cela semble recommencer. Il craint d’être violent durant ses crises de somnambulisme. Il est obsédé par des questions qui s’obstinent à rester sans réponse. Voilà pour le cadre.

Sebastian Fitzek met nos nerfs à rude épreuve dans un voyage particulier entre l’éveil et le sommeil, le rêve et la réalité, quitte à perdre son lecteur. Celui que je fus, a passé du temps, à se retourner sur la véracité des événements. Le Somnambule tire vers le thriller psychologique. Entre une ribambelle d’esprits sournois, fourbes et perfides, le tout œuvrant dans lieu oppressant, l’immeuble conçu par un architecte à l’esprit de pervers, j’ai passé mon temps à me questionner.

Je ne suis pas un lapereau de 6 semaines. Nager dans le noir ne m’effraie pas. Pourtant si le suspense est présent, si l’atmosphère est suffocante à souhait, ma lecture, s’est révélée parfois exténuante tant elle s’était faite oppressante.

L’intrigue m’a paru souvent difficile à suivre, malgré la narration de Léo, qui confère une véritable proximité avec le lecteur. Dans ce roman, je me suis baigné avec une certaine confusion. Bien que Sébastian Fitzek se joue de nous tout comme de Leo, suivre son personnage oscillant entre un cauchemar éveillé et une sensation de folie a été une expérience pesante. Là où Fitzek pose un sentiment angoissant, je n’ai trouvé qu’un côté anxiogène. Fait est que cela est très réussi. C’est un huis-clos au bord de la folie.

A mon sens, les afficionados du genre, trouveront dans Le Somnambule de quoi les combler. Comme je me plais à le penser la réussite d’un livre dépend souvent de ce croisement fragile entre les mots et le moment où l’on les découvre. Peut-être ai-je eu tort de me précipiter pour le lire dans la foulée de Passager 23 ?

Non que traquer Leo dans sa découverte de lui-même, m’ait laissé sur ma faim, mais il m’a été impossible de me départir de cette sensation asphyxiante.

Editions Le Live de Poche

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. livresque78 dit :

    Un peu de mal avec cet auteur. Ce n’est pas un univers ou je me retrouve.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s