LES LOUPS ET L’AGNEAU – Dubourg

Chroniquer revient à donner son point de vue, son ressenti vis-à-vis d’un roman dont on ne connait l’auteur qu’à postériori… parfois. Ici, l’exercice est tout autre. Il convient de faire le même exercice avec le 1er roman d’un copain. La pression est élevée. Pour l’un comme pour moi. Donner son sentiment avec lucidité et recul, franchise et analyse. Mon avis ne vaut que ce pourquoi NigraFolia est fait. Le partage de l’expérience littéraire. Alors, en avant. Lâchons les freins et plongeons.

Les loups et l’agneau de Christophe. Christophe Dubourg, chroniqueur normand de Zonelivre passe de l’autre côté. Il saute dans le côté obscur de la force avec un 1er roman noir. Très noir. Il touche ce qui me révulse le plus, ce que je n’ai jamais pu supporter. Sa thématique, l’horreur générée par ceux qui touchent aux enfants. Au sens littéral du terme. Ceux qui les violentent et les tuent.

Pour le synopsis, soit je te renvoie vers la 4ème de couv’.

Mais j’ai bon cœur, alors, saches juste, lecteur attentif qu’il s’agit de Borg. Pas le joueur de tennis. Non ce Borg là, a un double maléfique et une passion. Il veut trouver sa princesse, celle qui le fait fantasmer. Le problème est qu’elle prend corps, dans les corps de toutes jeunes filles. Régulièrement déçu par ses proies, il passe la main à son Slavko, son double sanguinaire et sans pitié pour les éliminer. Au détour de sa quête, il  croise celui de Jean, un ancien mercenaire torturé par son passé devenu tueur à gages. Et au milieu, il y a Alice, 8 ans et Robert Chevallier, son père et objet du contrat de Jean. Le tueur devient une proie, tout comme Christine, une prostituée présente au mauvais endroit, au mauvais moment. Voilà pour ce qui est du contenu. Pour ce qui est de l’histoire… à toi de jouer, lecteur de cette chronique, file faire l’acquisition de ce roman paru chez Ravet-Anceau.

Christophe, homme doux et presque timide, malmène ses personnages torturés dans une sorte d’huis-clos d’où les odeurs nauséabondes viennent percuter les narines du lecteur. Preuve en est que l’on a tous un double maléfique.

Dans un lieu immonde se joue un drame. Sous les yeux du lecteur, se déverse une litanie de violence, d’horreur et d’émotions. Sous les  remugles, la  décomposition, l’écriture aboutie engendre une tension, une ambiance glauque. Le travail de Christophe mène le lecteur en bateau. Il y prend plaisir. Moi, rivé à mon fauteuil, je prends conscience d’un lourd sentiment d’angoisse.

Les personnages peu nombreux sont parfaitement maîtrisés. On sent le travail acharné, les heures passées à les sculpter, les façonner. Dans la glaise, la boue et parfois avec une légère lueur d’espoir.

Borg, est dérangeant, agressif, souillé et corrompu. Jean brouillé par son passé sombre peut-être à la recherche de la rédemption. Restes Christine, Robert et Alice.  L’innocence et la tranquillité de la provinciale Caen s’en trouvent malmenées.

Christophe malmène aussi son lecteur. Car Les loups et l’agneau est truffé de surprises jusqu’à la fin. Mais là, motus ! Saches seulement tranquille lecteur de cette chronique que tu n’es pas au bout de ton étonnement. Je n’ose savoir d’où est venue cette inspiration. Fait est que je vais le regarder différemment le gars Dubourg.

En conclusion, c’est un très bon 1er roman qui n’a pas à rougir et tient la comparaison avec une ribambelle d’auteurs reconnus. Comme un bon café, c’est noir et serré. Très noir. Très serré. Un Ristretto. Et pourtant ce roman court et vif se lit avec une facilité déconcertante. Comme quoi, même les copains peuvent être dotés d’une excellente plume.

Editions Ravet-Anceau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s