QUAND LA NEIGE DANSE – Delzongle

Sonja Delzongle signe avec Quand la Neige Danse, un thriller pur et dur, un roman intense et palpitant. Retrouver Hanah Baxter après Dust est un véritable plaisir. Âmes et lecteurs sensibles, attachez vos ceintures. Aucun temps mort ne vous sera permis.

Sonja a su poser une intrigue intelligente portée par un rythme soutenu par de multiples rebondissements, quelques cliffhangers bienvenus et plusieurs fausses pistes. Tout cela forge dans un sentiment d’angoisse avec ce qu’il faut de violence sous-tendue, rien n’est gratuit. On ne traite pas de la violence faite aux enfants à la légère.

Quand la Neige Danse offre un suspense qui met en exergue les émotions ressenties par les personnages et la folie qui accompagnent certains. L’écriture est soignée. Mais revenons à l’intrigue. La folie, une femme disparait d’un hôpital psychiatrique. Quelques années plus tard, Crystal Lake, lointaine banlieue de Chicago. Plein hiver. Il fait un froid de gueux. 4 gamines ont disparu. La police n’a que très peu de pistes pour retrouver ces fillettes. Lorsqu’en plus les parents reçoivent des poupées à l’effigie de leur progéniture, que l’enquête piétine, une privée fait appel à Hanah Baxter, personnage atypique dans sa façon d’enquêter. Elle va peut-être leur être d’un grand secours.

Côté personnages, le coup de force de Sonja est de faire évoluer son héroïne, Hanah Baxter. Une enquêtrice hors norme, au passé douloureux et aux sens surdéveloppés. Après Dust, elle devient une protagoniste attachante. Mais surtout, Sonja sait l’entourer par une palanquée d’autres, qui trouvent leur place à la perfection. Joe Lasko, médecin, privé de sa fille de 4 ans, Lieserl subit le retour de son frère Gabe l’ex-gloire déchue. Son amie d’enfance Eva Sportis, détective privée locale reprend l’enquête, Alec Stevens, le chef de la police, qui se révèle ouvert aux méthodes d’Hanah. Et Pupa…  Tous même les parents des fillettes ont une faille, un passé trouble. Sonja ne joue pas dans la caricature. Leurs passés leurs confèrent une texture particulière. La narration se porte sur chacun d’eux sans en privilégier un, ce qui fait que le lecteur cherche à appréhender le mal et la peur qui flotte autour d’eux.

Ce thriller est cohérent avec ce côté décalé – un thriller à l’américaine par une plume française. Il se dévore et fait que vous adorez vos enfants à la fin.

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s